Le Porto ou l’histoire d’un grand vin

Pendant près de deux millénaires, sur les coteaux de schiste de la vallée du Douro, s’est fabriqué un vin exceptionnel. Plus qu’un don de la nature, le vin de Porto constitue dans son essence même, dans sa densité historique, un véritable patrimoine culturel de travail et d’expériences, de connaissance et d’art, que plusieurs générations successives ont contribué à alimenter.

Le vin de Porto était un produit clé de l’économie nationale, incarnant déjà ce qu’il y a de plus portugais à travers le monde. Les vestiges de cuves et d’amphores de vins, trouvés ici et là dans la région du Douro, remontent jusqu’aux IIIe et IVe siècles de notre ère.

Toutefois, ce n’est que dans la seconde moitié du XVIIème siècle, avec l’essor de la viticulture du Douro et la croissance rapide de l’exportation des vins, qu’apparaît la désignation “vin de Porto”. Et c’est en septembre 1756 qu’est créée la Compagnie Générale de l’Agriculture des Vignes du Haut-Douro qui garantit la qualité du produit (prévention contre les fraudes, stabilisation des prix), en fonction du cadastre foncier.

 
   
 

Région du Haut Douro, situation géographique

La région du Douro est située dans le Nord du Portugal, à la frontière de l'Espagne. Elle est entourée par des montagnes, ce qui explique un climat particulier. Les vignobles s'étendent de 100 à 550 m d’altitude.

La région se divise en trois zones : Baixo Corgo, Cima Corgo et Douro Superior. Plus on va vers le Nord du Haut Douro, moins on trouve de vignobles. Dans le "Baixo Corgo", la vigne est la culture dominante alors que, dans le "Cima Corgo", se trouvent les zones les plus fertiles. Dans la région du "Douro Superior", la vigne n’est présente qu’aux alentours des petits villages ou sur des surfaces récemment plantées. 

 
   
 

La géologie et les sols

Le long de la vallée du Haut Douro et de ses affluents, les sols sont essentiellement granitiques : ils produisent donc des vins de moins bonne qualité.
Pour en tirer sa quintessence, l’Homme modèle la nature à force de travaux titanesques : formation des sols, désagrégation de la roche ou systématisation du terrain en terrasses…

Les textures les plus répandues sont la limono-sableuse, la limoneuse et la limoneuse fine avec beaucoup de cailloux. Leur rôle est essentiel car elles permettent une meilleure pénétration des racines, une diminution de l’amplitude thermique et la protection contre l’érosion. Les teneurs en phosphore sont faibles, les teneurs en potassium sont moyennes à élevées. Le sol est moyennement acide.

 
 

Climat, températures et précipitations

Le climat est modéré avec des températures maximales de 31-34º, (juillet-août) et des températures minimales moyenne de -1 en janvier.
Les montagnes au Nord protègent les vignes des vents froids alors qu’à l'Ouest, la "Serra do Marão" et la "Serra Montemuro" empêchent l’entrée des masses d'air humides qui arrivent de l'Océan Atlantique.

Le climat se caractérise par une faible pluviosité et des températures qui grimpent au fur et à mesure que l’on s’approche de l'Espagne. Pendant l’été, les variations journalières de températures sont faibles, favorisant une bonne maturation des raisins, avec des pourcentages en sucre de 12 à 14%, nécessaires au vin de Porto. 

 
 

La vigne

Avant la crise phylloxérique de la fin du XIXème siècle, la vigne était plantée sur 1 ou 2 rangs avec des piquets individuels, séparés par des petits murs de pierre, selon des courbes de niveaux, pour maintenir sa pente naturelle ou à l’horizontal, avec une structure en forme de terrasses peu inclinées et des murs de pierre. Ces 2 systèmes de plantation dominent encore la Région à 75 %.

 
 

L’élaboration du vin de Porto

Les vendanges

Elles ont lieu manuellement en septembre. Le raisin est récolté dans de petits paniers rectangulaires en osier qui sont amenés aux cuves par différents moyens de transport.

Le foulage aux pieds dans un lagare

Autrefois les raisins étaient transportés dans des paniers, pesant de 60 à 75 kilos. Les raisins étaient ensuite jetés dans des « lagares » généralement de granit puis, écrasés et foulés aux pieds par des hommes, en moyenne 2 hommes pour 500 litres.
Le premier foulage appelé « corta » ou coupe, durait 4 heures. Repos durant la nuit puis nouveau foulage le lendemain (24 à 36 heures au total). Cette méthode de foulage est encore utilisée aujourd’hui pour les Vintages et les Cuvées de Prestige.

 

Champagne

Provence

Camargue

Portugal

 

L'abus d'alcool est dangereux pour la santé. A consommer avec modération.